Suspension - En haut ou en bas, êtes-vous prêt pour la suspension ?

Êtes-vous susceptible d'être suspendu ?

Stefanos et Shay ont répondu à cette question mieux que je n'aurais pu le faire dans leur article Conneries BDSM : Qui peut être suspendu ? qu'ils ont généreusement mis à disposition pour partager dans le cadre de la Licence internationale Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0:

blue-question-mark

Commençons par un exemple facile - voici une déclaration que j'espère que nous reconnaissons tous comme une connerie : "Seuls les maigres peuvent être suspendus !" Avec moi jusqu'à présent ? Ok. Maintenant, voici ce que j'entends parfois pour contrer ce genre de conneries : "N'importe qui, quelle que soit sa taille, peut être suspendu !" Malheureusement... c'est aussi une connerie. C'est une fosse à serpents ! Allons-y !

Le fait d'avoir un corps plus volumineux n'exclut pas la possibilité d'être suspendu. Cela dit, je pense qu'il est potentiellement dangereux de faire une déclaration générale sur la possibilité d'être suspendu, pour deux raisons principales : les compétences des gréeurs et les problèmes de santé.

Le premier de ces problèmes est la compétence du gréeur. Un gréeur est une personne qui doit AUSSI avoir des limites. Les limites - ce n'est pas seulement pour les fonds ! Ces limites peuvent être basées sur les connaissances ("Je ne sais pas comment suspendre les personnes de forte corpulence") ou sur les préférences ("Je préfère suspendre uniquement les modèles bondage de 100 livres"). Bien sûr, déclarer honnêtement ses propres compétences est tout à fait différent de dire "c'est tout simplement impossible" et avoir une préférence personnelle est tout à fait différent d'être un connard qui fait honte aux gros. Il y a des compétences uniques impliquées dans la suspension d'une personne de grande taille - n'importe quel gréeur ne peut ou ne devrait pas suspendre une personne de n'importe quelle morphologie. Certaines de ces compétences sont relativement simples (généralement, il faut plus de corde et plus de tours d'enroulement), mais certaines sont très spécifiques et spécialisées.

Il y a des problèmes de sécurité qui s'étendent également au gréeur. Si un fond de suspension plus large doit être descendu MAINTENANT, le gréeur peut-il supporter partiellement son poids tout en le descendant rapidement et sans se blesser ? Je pense que nous pouvons tous comprendre que c'est plus difficile avec un fond de 200 livres qu'avec un fond de 100 livres. Il suffit peut-être d'avoir un "observateur" (une autre paire de mains pour aider en cas de besoin) et/ou d'utiliser un système de poulie approprié (ce qui ajoute à la complexité et à un autre point de défaillance potentiel) pour atténuer ce problème, mais c'est un autre domaine où une expertise supplémentaire est nécessaire.

Passons maintenant à l'aspect santé : être de grande taille n'exclut pas d'être suspendu, mais être de petite taille ne signifie pas non plus que vous pouvez faire toutes les suspensions ! Il existe en fait des risques potentiellement accrus à l'autre extrémité du spectre de poids - plus particulièrement, les personnes très minces sont plus exposées à un risque de lésion aiguë du nerf de compression (2). En ce qui concerne l'évaluation de l'état de santé général, la forme physique est un facteur plus important que le poids : "Les données d'une étude de 2009 ont montré qu'une mauvaise forme physique est responsable de 16 à 17 % des décès aux États-Unis, tandis que l'obésité ne représente que 2 à 3 %, une fois la forme physique prise en compte". (1)

L'accent mis sur la forme physique est très pertinent pour la corde, car voici une chose que personne ne m'a dite avant que je sois suspendu pour la première fois : être suspendu peut être très fatigant ! Les suspensions dynamiques impliquant des chutes et des changements de position, ou les suspensions particulièrement exigeantes (quatre tours autour de la cheville et on monte !) nécessitent un haut niveau de forme physique et de conscience du corps. Cela ne veut pas dire que les suspensions dynamiques sont plus dangereuses que les suspensions statiques - dans certains cas, elles sont plus sûres, mais souvent, elles requièrent une plus grande capacité athlétique. Les meilleurs parallèles auxquels je puisse penser sont le yoga ou l'entraînement aux arts du cirque (barre, cerceau, soies). Êtes-vous en assez bonne santé et en assez bonne forme, quelle que soit votre taille, pour ces activités ? Il se peut que vous deviez améliorer votre condition physique avant de pouvoir participer aux suspensions les plus exigeantes/ dynamiques.

La forme physique nécessaire et la tension qu'implique la suspension sont éminemment modulables, ce n'est pas une activité du type "tout ou rien". Si vous voulez faire des suspensions dynamiques et fatigantes (et il n'y a pas de raison que vous le fassiez, ce n'est pas le cas de tout le monde), soyez réaliste avec votre gréeur, et passez du temps à vous entraîner ! Le gréement implique de la pratique, des compétences et de l'entraînement - un fond de suspension intéressé à faire des gréements dynamiques peut également travailler sur le développement ou le perfectionnement des compétences du fond de corde (comme la force centrale, l'équilibre et la conscience du corps).

Tout ce que nous faisons dans la vie comporte des risques. Des conditions de santé spécifiques augmentent ces risques et, à un moment donné, ces risques l'emportent sur les bénéfices d'une activité donnée et nous nous asseyons et nous disons : "Hum, ce n'est peut-être pas une si bonne idée que ça de faire ça". Si vous avez des crises fréquentes, vous n'êtes pas autorisé à conduire. Si vous prenez des anticoagulants, votre médecin vous conseillera probablement de ne pas faire de ski alpin. De même, il y a des trucs bizarres que vous ne devriez probablement pas faire si vous avez certains problèmes de santé. Une personne dont le diabète est mal contrôlé ne devrait probablement pas s'abaisser à faire du bastinado (donner des coups de bâton aux pieds) et une personne sous coumadin (un puissant anticoagulant) ne devrait pas s'abaisser à faire du piercing. Il s'agit simplement d'être rationnel en ce qui concerne le rapport entre le risque et la récompense d'une activité donnée.

Cela dit, voici un résumé des conditions spécifiques qui exigent au minimum une prudence, une sensibilisation et une expertise supplémentaires (de la part du gréeur et de la base) pour la suspension. Dans certains cas, ces questions peuvent rendre certaines positions de suspension particulièrement (et probablement de manière inacceptable) risquées, ou peuvent signifier que quelqu'un ne devrait pas être suspendu du tout - ces conditions existent toutes sur un continuum et l'évaluation d'un bas doit prendre en compte l'ensemble du tableau de sa santé et de sa condition physique, et non pas seulement un seul diagnostic.

  • Tout état qui provoque une neuropathie importante (lésions nerveuses/affaiblissement de la sensation), une circulation sanguine altérée ou un drainage lymphatique perturbé nécessite une certaine prudence en matière de bondage et, dans de nombreux cas, peut exclure le membre affecté du bondage porteur. De telles conditions peuvent inclure le diabète, le lupus, l'accident vasculaire cérébral, la mastectomie, l'ablation des ganglions lymphatiques, le syndrome du canal carpien, la maladie de Raynaud, etc.
  • Problèmes respiratoires graves (asthme grave, BPCO, etc.) (en particulier un problème de lourdeur de la poitrine et de positions comme le visage vers le bas ou l'inversion)
  • Problèmes cardiaques (ICC, arythmies, anomalies valvulaires, etc.)
  • Diabète grave ou mal contrôlé (3)
  • Problèmes communs (cela dépend bien sûr de la suspension prévue)
  • Anomalies de la coagulation (hémophilie, prise de coumadin ou d'autres anticoagulants puissants, etc.). En ce qui me concerne, je ne suspendrai personne de ce groupe, mais d'autres peuvent avoir une évaluation des risques différente.
  • Anévrismes (le cerveau est particulièrement concerné par l'inversion, le risque augmente avec le diabète et l'obésité) ou hernies
  • Problèmes oculaires (conjonctivite, glaucome) (surtout un problème pour les inversions)
  • Lésion de la colonne vertébrale
  • Faiblesse osseuse (ostéoporose sévère, ostéogenèse imparfaite)
  • Hypertension incontrôlée (en particulier pour toute position impliquant une inversion)
  • Antécédents de dérivation gastrique (signifie probablement que la personne ne doit pas faire d'inversions, et qu'elle doit être extrêmement prudente lorsqu'elle exerce une pression sur l'abdomen avec une corde)
  • Grossesse - voir cet article pour plus de détails sur la grossesse et le BDSM
  • Problèmes d'intégrité de la peau (comme l'utilisation à long terme de la prednisone)
  • Cette liste n'est pas exhaustive ! Si vous vous sentez à l'aise pour aller voir votre médecin (ce que je vous recommande vivement... et cela pourrait faire l'objet d'un article à part entière), demander à votre médecin si vous êtes en assez bonne santé pour la servitude pour dettes est un excellent moyen d'obtenir un contrôle personnel ! Si vous ne vous sentez pas à l'aise pour aller voir votre médecin, vous pouvez lui demander si vous êtes en assez bonne santé pour pratiquer un yoga intense impliquant une inversion (4).

La suspension peut être étonnante, sexy et amusante, mais c'est aussi l'une des choses les plus risquées que nous, pervers pervers pervers, faisons. C'est un jeu de bord et il n'est pas pour tout le monde - haut OU bas. J'espère que vous pourrez utiliser ces informations pour vous aider à faire une évaluation plus précise des risques... au lieu de croire à des conneries.

Il y a trois domaines distincts de mon expérience personnelle qui informent cetteet semblent pertinents pour comprendre mon point de vue. Il s'agit de la médecine/sécurité, de l'esclavagisme/du trucage et de la taille du corps.

En commençant par le domaine médical/sécurité : Chaque fois que j'écris quelque chose comme cela, on me demande mes "qualifications" - ce qui est certainement une question raisonnable. Je suis infirmière aux urgences et instructeur ACLS (Advanced Cardiac Life Support) et j'ai passé beaucoup plus de temps que ce qui est raisonnable à faire des recherches sur la sécurité du bondage. Ce poste a également été revu par un médecin pervers (Miette Rouge). Je tiens toutefois à souligner que je ne l'affiche pas à titre "officiel" (ne me poursuivez pas en justice, s'il vous plaît). De plus, les infirmières (et les médecins !) peuvent dire et disent des choses idiotes/incorrectes, donc utiliser votre propre jugement, peu importe à quel point la source est "qualifiée", est toujours une bonne chose.

L'esclavage/le trucage : J'ai commencé à faire du travail au sol (principalement comme fond) en 2005. J'ai commencé à travailler au fond pour la suspension et à apprendre à gréer en 2011, et à me mettre en auto-suspension en 2012. Depuis, j'ai fait BEAUCOUP d'auto-suspension et j'ai créé le site web selfsuspend.com

La taille du corps : C'est peut-être le plus personnel. J'ai lutté contre des troubles de l'alimentation toute ma vie d'adulte, et mon poids a varié entre 120 et 230 livres. En ce moment, je me situe au milieu de cette fourchette de poids, mais même à ma taille actuelle, je trouve que je suis plus grande que ce que beaucoup de gréeurs semblent avoir l'habitude de travailler, et je dois être explicite quant aux adaptations dont j'ai besoin (je ne ferai pas de liens de bras porteurs, je ne peux pas tolérer la suspension sans harnais de hanche, j'ai besoin du double de tours d'enroulement autour de mes cuisses que ce que la plupart des gréeurs semblent considérer comme " standard ", etc.)

J'ai reçu des commentaires et des révisions sur cet article de la part de plusieurs personnes géniales, notamment @MietteRouge (un MD pervers), @Guilty et @FrozenMeursault. Il est également alimenté par des cours de bondage géniaux que j'ai pris auprès d'instructeurs trop nombreux pour les nommer. Toutes les erreurs restantes sont de moi.

(Ceci fait partie de ma série de Bullshit BDSM - le premier article peut être trouvé ici! Intéressé par une perspective d'auto-suspension à ce sujet ? Consultez cette page !)

Références et notes

(1) Je souhaite axer cet article sur la forme physique, car elle est généralement plus importante que le poids. "Notre culture considère l'obésité comme une maladie uniquement mortelle, ce qui est une erreur. La mauvaise forme physique, le tabagisme, l'hypertension, les faibles revenus et la solitude sont tous de meilleurs prédicteurs de décès précoce que l'obésité. L'exercice physique est particulièrement important : Les données d'une étude de 2009 ont montré que la mauvaise condition physique est responsable de 16 à 17 % des décès aux États-Unis, tandis que l'obésité ne représente que 2 à 3 %, une fois la condition physique prise en compte. L'exercice physique réduit la graisse abdominale et améliore la santé, même sans perte de poids. Cela suggère que les personnes en surpoids devraient se concentrer davantage sur l'exercice physique que sur la restriction calorique". New York Times, "Why You Can't Lose Weight on a Diet." (Pourquoi vous ne pouvez pas perdre de poids en suivant un régime)

(2) Winfree C, Kline D. (2005) Intraoperative positioning nerve injuries. Neurologie chirurgicale. 63 : 5-18

(3) Sur le diabète et la suspension : "Des études épidémiologiques ont confirmé une association entre le diabète et une prévalence accrue de la MAP. La maladie artérielle périphérique est généralement caractérisée par une maladie artérielle occlusive des membres inférieurs". -Peripheral Arterial Disease in Patients With Diabetes, Journal of the American College of Cardiology. "La prévalence du diabète augmente avec l'augmentation des classes de poids." -Relation entre l'obésité et le diabète dans une population adulte américaine : résultats de l'enquête nationale sur la santé et la nutrition, 1999-2006. "Le degré de contrôle du diabète est un facteur de risque indépendant de la MAP". -Peripheral Arterial Disease in Patients With Diabetes, Journal of the American College of Cardiology. Encore une fois, qu'est-ce que cela signifie ? Maladie artérielle périphérique (MAP) dans les membres inférieurs = mauvaise circulation sanguine dans les jambes. Cette maladie est souvent non diagnostiquée, et c'est pourquoi les diabétiques peuvent se retrouver amputés des orteils ou des pieds. En tant que profane dans ce domaine, vous ne pouvez pas savoir si un diabétique particulier est atteint d'une MAP ou non (il y a quelques conseils d'évaluation, en regardant la couleur, la température, les pulsations, le remplissage capillaire, etc - mais cela nécessite une formation pour évaluer et n'est finalement pas concluant pour diagnostiquer la condition). Je pense qu'il est sage d'éviter les lignes de charge sur les extrémités inférieures d'une personne atteinte de MAP, et vous devrez peut-être baser cette évaluation sur des facteurs de risque (diabète, degré de contrôle du diabète).

(4) Il existe en fait un grand nombre d'ouvrages consacrés à l'inversion - sur l'utilisation des "tables d'inversion" pour traiter les maux de dos et sur la sécurité des différentes postures de yoga inversées. Plusieurs choses se produisent lorsque vous êtes en position inversée. Tout d'abord, le poids de votre abdomen (y compris les organes et les tissus adipeux) appuie sur votre diaphragme, ce qui rend la respiration plus difficile. La pression intrathoracique augmente (surtout si vous vous efforcez de respirer ou si vous retenez votre souffle en position inversée, ce que nous, les pervers, sommes connus pour faire), de même que la pression intracrânienne. La pression artérielle augmente ("Les pressions artérielles systolique et diastolique ont augmenté de manière significative [en réponse à deux minutes de traction en inversion]" - Blood pressure response to inversion traction", Journal of Physical Therapy). Les contre-indications courantes de l'inversion sont l'hypertension artérielle, le glaucome ou d'autres problèmes oculaires, la grossesse, les maladies cardiovasculaires, le diabète (j'ajouterais que le degré de contrôle du diabète est la clé ici, certains diabétiques peuvent pratiquer l'inversion et d'autres ne le devraient probablement pas), et les infections de l'oreille ou des sinus. Vous pouvez consulter un exemple de liste ici. Par ailleurs, la plupart des articles sur l'inversion du yoga que j'ai consultés mentionnaient les menstruations comme une contre-indication à l'inversion. La seule raison que j'ai pu trouver est liée aux croyances concernant le flux d'énergie des chakras (voir cet exemple) plutôt que tout ce que je considérerais comme une contre-indication médicale.

Êtes-vous prêt à devenir un gréeur de suspension ?

Vous voulez être un gréeur de suspension ? Êtes-vous prêt à assumer le prochain niveau de responsabilité ?

Ce n'est que l'opinion d'une personne, mais ma réponse (un peu longue) est que vous êtes prêt, quand vous...

blue-question-mark
  • ...vous avez fait face à plusieurs situations d'urgence et avez développé les compétences et les ressources émotionnelles nécessaires pour ne plus paniquer, évaluer calmement et rapidement le problème et réagir de manière appropriée.
  • À mon avis, vous aurez suffisamment de nouvelles variables à suivre, de compétences à maîtriser et une toute nouvelle liste de problèmes qui pourraient surgir et auxquels vous devrez vous préparer et être prêt à répondre alors que vous commencez à suspendre. Le fait d'avoir géré quelques crises sur le terrain vous donnera un coup de pouce, pour ainsi dire. Si vous avez de l'expérience dans le traitement des problèmes généraux de corde, vous ne serez pas en même temps sur la courbe d'apprentissage.
  • Il est également bon que vous ayez déjà attaché les harnais prévus et peut-être que vous les ayez utilisés au niveau du sol avant de les utiliser pour les suspensions. Cela vous permettra de vous habituer à leur fonctionnement et à la manière de les attacher en douceur et correctement, de sorte que vous ayez également ces compétences avant de les suspendre. Cela vous donnera confiance en vous lorsque vous commencerez votre scène de suspension.
  • Vous n'êtes pas un dieu de l'esclavage par la corde. Vous n'êtes pas infaillible. Ni moi, ni personne d'autre que vous n'avez jamais rencontré ou ne rencontrera jamais. Les choses peuvent et vont mal tourner.
  • Vous pouvez apprendre toutes les informations en une journée ou un week-end - vous pouvez acquérir les connaissances - mais vous n'aurez pas encore la capacité et la compétence nécessaires pour appliquer ces connaissances en toute sécurité
  • Attachez-vous à votre niveau. Pour vous mettre à niveau, laissez votre ego derrière vous et demandez l'aide d'un gréeur d'expérience ; vous gagnerez beaucoup plus rapidement en compétence.
  • Mais il y a certaines choses que vous ne pouvez apprendre qu'en faisant, alors ayez un filet de sécurité sous la forme d'une personne expérimentée qui vous guidera les premières fois.
  • Fondamentalement : Quand vous apprenez, faites-vous observer. Les gymnastes le font.
  • Conseil du pro : Si vous pouvez trouver des fonds de suspension expérimentés pour vos premières fois, sautez sur l'occasion. Ils peuvent être parmi les meilleurs professeurs que vous pouvez trouver. Ils savent ce qui est bien et ce qui ne l'est pas. Si vous avez le don de cet avantage, respectez cet investissement incroyable qu'ils font en vous, et respectez-les. C'est comme ça que vous laissez votre ego derrière vous et que vous leur êtes reconnaissant. Vous serez un meilleur gréeur pour l'avoir fait.
  • Lorsque votre partenaire est impuissant et suspendu, il n'y a presque rien qu'il puisse faire seul pour remédier à un problème. Il dépend entièrement de vous pour réparer tout ce qui ne va pas ou pour gérer correctement toute urgence qui pourrait survenir. Ils peuvent être capables de déplacer un peu leur poids pour soulager temporairement un point, mais c'est à peu près la seule chose qu'ils peuvent faire et cela n'aidera que pendant une courte période ; si quelque chose ne va pas, vous devez le détecter et le réparer.
  • En cas de panne d'équipement ou de problème médical, ou encore si vous touchez un déclencheur psychologique et que la personne suspendue panique, vous devez être en mesure de faire face à cette situation. Elle est dépendante de vous.
  • Par conséquent, vous...
  • Il existe une règle cardinale parmi les suspendeurs :
  • Il faut toujours être à plus d'une erreur ou d'un échec pour éviter un désastre.
  • Je ne sais pas qui a été le premier à formuler cette règle simple de cette manière, mais elle est brillante.
  • Vous devez planifier à l'avance pour contrôler autant de variables que possible...
  • Vous avez plusieurs check-lists mentales que vous parcourez lorsque vous préparez une scène de suspension. Une fois que vous avez terminé (elle est encore en cours de rédaction), consultez le tutoriel "Sécurité générale des suspensions et planification des scènes" pour des exemples.
  • Vous devez avoir des points intégrés dans votre scène planifiée où vous vous vérifiez, vérifiez votre partenaire, vérifiez le contexte complet de la scène pour vous assurer que les choses se passent toujours comme prévu.
  • Vous devez savoir comment le détecter si les choses commencent à mal tourner.
  • Se mettre lentement en suspension. Ne prévoyez pas de suspension dynamique inversée lors de votre première sortie. Commencez par la plus simple et la plus sûre, puis passez à la suivante au fur et à mesure que vous acquérez de l'expérience et des compétences. Vous avez le temps d'être une force écrasante de la nature plus tard.
  • Alors peut-être que vous avez élaboré un plan comme celui-ci :
  • Quelques suspensions partielles (une jambe encore capable d'atteindre le sol)
  • Une suspension face contre terre, en position assise, les bras non attachés, tout en faisant suspendre votre partenaire et en le descendant
  • Quelques suspensions comme les partielles que vous avez faites, mais avec la
  • Prolonger la suspension assise en une suspension horizontale
  • Et ensuite, construire à partir de là...
  • Laissez les suspensions et les postes exotiques totalement impuissants jusqu'à ce que vous ayez acquis de l'expérience. Vous commencerez à vous sentir plus à l'aise, vous aurez réglé quelques problèmes et vous aurez construit les techniques et les réserves émotionnelles nécessaires pour pouvoir vous gérer et gérer ce que vous faites avec beaucoup plus de compétence.
  • Au bout du compte, quelque chose va mal tourner. Quelque chose va lâcher, se briser ou se comporter de manière inattendue ou vous allez vous planter. Lorsque cela se produit, qu'est-ce qui est en place pour protéger votre partenaire du danger ? Et que ferez-vous pour résoudre le problème ? Comment allez-vous réagir ?
  • Vous devez disposer d'un plan pour des scénarios raisonnables : "Si X se produit, je ferai Y. Si Y échoue, je ferai Z."
  • ET vous devez être capable de le faire rapidement, avec calme et contrôle - pas avec panique.
  • Vous devez veulent pour faire la suspension. Ne vous laissez pas forcer à le faire juste parce que vous ou quelqu'un d'autre pense que les vrais plieurs font des suspensions. Ce n'est pas vrai. Je connais beaucoup de gréeurs très expérimentés qui préfèrent simplement travailler au sol. Il n'y a rien de mal à cela.
  • Vous devez avoir fait l'étude, avoir trouvé un mentor et avoir fait ce que vous pouvez pour vous préparer. L'étude peut vous apporter beaucoup, mais il y a des choses que vous ne pouvez apprendre que par la pratique.
  • Vous serez - ou vous *devriez être* - nerveux lorsque vous ferez cela les premières fois. Ne vous inquiétez pas, c'est normal et bon. La complaisance est l'ennemi, elle engendre des conneries. Un peu de peur bien contrôlée nous permet de rester vigilant, nous aide à nous concentrer, nous donne un avantage.
  • Mais si vous vous sentez tout retourné à l'intérieur, inondé d'adrénaline, de nervosité, c'est trop de peur. Si vous vous sentez ainsi, ce n'est peut-être pas encore votre heure. Soyez honnête avec vous-même.

(Vous avez développé chaque section et lu les détails, n'est-ce pas ?)

Laisser un Commentaire